Maroquinerie artisanale: C’est quoi?

maroquinerie artisanale

« Un ouvrage réussi exige de l’artisan quelque chose qui ne s’apprend pas et qu’en désespoir de cause nous appelons « tour de main ». « (Jankélévitch )

La maroquinerie artisanale, c’est le contraire de la maroquinerie industrielle, ces produits, de marques ou pas, vendus dans des réseaux de distribution nationaux et qui ne sont fabriqués qu’à grande échelle afin d’optimiser leur coût de production.. Mais la maroquinerie artisanale, fabriquée en petite séries ou à la pièce, c’est surtout un style, voir une philosophie pour certains, qui la distingue nettement de la production de masse, ordinaire et banalisée.

Pas la peine de remonter au moyen-âge pour comprendre que certaines choses ont changé autour de nous; la fabrication d’articles de maroquinerie de qualité en fait partie, bien sûr, comme tous les secteurs économiques de notre pays. L’évolution des process industriels, des technologies sans cesse améliorées permettant de robotiser les chaines de fabrications et une quête sans fin de productivité ont rendu accessibles bon nombre de biens de consommation courante, dont les sacs en cuir, pour le plus grand bonheur des consommateurs.

Ces progrès permanents de l’industrie ont globalement bénéficié à tous et personne ne s’en plaint: Les dirigeants industriels y ont bien sûr trouvé leur compte en développant leurs activités et leur chiffre d’affaires, les employés ont amélioré leurs conditions de travail, le progrès social ayant régulièrement escorté les travailleurs pendant cette expansion économique (en Europe en tout cas), et les consommateurs ont vus apparaître au fil du temps une offre de plus en plus vaste d’articles déclinés par d’innombrables marques à l’image savamment soignée, prestigieuse ou populaire.

Pendant cette période des « trente glorieuses » et même celle des années 80′, le consommateur est insouciant et jouisseur, cultive son addiction aux marques et méprise les productions artisanales, considérées comme ringardes et anachronique. Un regard sévère mais pas forcément injuste tant, très souvent, la maroquinerie artisanale offrait une image désuète, des articles au design peu séduisant pour un humain de la fin du XXe siècle et les designers créatifs indépendants étaient rares à monter des marques et à confier ses productions à des petites unités artisanales.

Artisanat et modernité

Mais l’artisanat aussi a évolué et certaines entreprises ont dépoussiéré le modèle: Bien qu’il reste encore de nombreux artisans maroquiniers indépendants fabriquant seuls leurs articles à la pièce, ce modèle économique s’est aussi doté, par ailleurs, de meilleurs outils et d’une organisation plus rationnelle pour produire à un coût plus compétitif. Il est aussi davantage connecté au monde contemporain, à la mode et aux attentes des consommateurs.

Il existe ainsi un certain nombre d’ateliers en France et en Europe qui compte de dix à vingt ouvriers qualifiés et qui produisent, sous leur propre marque ou pour le compte de tiers, une maroquinerie artisanale de qualité. Les créateurs français l’ont bien compris en leurs confiant la production de leurs collections de sacs en cuir ou d’accessoires de mode. Et à l’instar des ateliers de marques de luxe prestigieuses, les entreprises du secteur ont peaufiné leur savoir-faire pour produire mieux.

La différence avec la production industrielle réside surtout dans la possibilité de faire du sur-mesure, de l’original dans tous les sens du terme, ce que ne permet pas les grandes lignes de productions. Outre la qualité du savoir-faire de chaque artisan, c’est bien une maroquinerie à la carte qui se propose aux « petits » créateurs, qui peuvent ainsi réaliser leurs modèles en petites séries, offrant une certaine diversité dans leurs collections.

Plus du tout à l’arrière-garde de la production, la maroquinerie artisanale a permis à de nombreuses et intéressantes petites marques de sacs (entre autres) de voir le jour et de se faire une place sur le marché très disputé des sacs en cuir, sacs à main, cartables, portefeuilles et autres accessoires, grâce à leur créativité et leur dynamisme.

Des marques qui n’ont d’ailleurs pas toutes choisies un positionnement élitiste, leurs tarifs se situant globalement au même niveau que les rivaux industriels, parfois même en dessous. Oui, le made in France, selon les choix du créateur, est plutôt compétitif.

Vous n’êtes pas convaincus? Jetez un oeil du côté des français Cuir & Terre, Frandi, Kaem, Estellon, Maï Baeg, Karine Dupont, Brontibay, créations Mary, Bleu de Chauffe, Motus & Bouche Cousue, Poisson Bleu, etc. La liste n’est pas exhaustive, ils sont très nombreux.

Conclusion, dans la mode, la maroquinerie et l’accessoire, en tout cas, la production artisanale et locale (pas seulement en France) existe encore et fait vivre des milliers de personnes, et pas seulement dans le secteur du luxe. Si en plus les articles sont beaux et de qualité, que demander de plus!

Voir nos articles de maroquinerie artisanale sur Espritcuir.com.

Laisser un commentaire